Please feel free to contact us throught contact form or directly with email

Add new comment

Robot apiculteur, assistant electro-mécanique apicole ou rucher autonome ?

Si vous ne connaissez pas le monde apicole, vous seriez surpris de découvrir comment ce domaine d'activité primaire est un concentré de tout age, de toute origine, qui mélange des traditions ancestrales avec des concepts résolument contemporains.

Je ne connais pas d'autre domaine dans lequel vous pouvez cotoyer un apiculteur campagnard de 80 ans qui ne connait que ce que son propre grand-père lui a appris et à coté de lui un jeune citadin de 20 ans convaincu que notre sort est étroitement lié à celui des abeilles, entre savoir-faire, conviction, métier et saveur !

Et parlons-en de ces abeilles qui naissent et meurent au travail sans relache, ne suivant que les consignes que l'évolution leur a légué au cours des derniers millénaires (on estime que les abeilles existent depuis presque 100 millions d'années: https://fr.wikipedia.org/wiki/Abeille ).

Décidement, je n'ai plongé dans l'apiculture que depuis quelques années mais je reste encore émerveillé par la richesse de ce monde.

La preuve en est de ces lignes, fatigué de faire des visites régulières de mon micro rucher, voilà que me vient l'idée de me faire assister par un robot. J'en connais au rucher-école qui serraient rouge de colère d'imaginer pareille chose, mais je tiens à préciser, le robot ne fera pas mon travail... il m'assistera et fera les taches rébarbatives qui, quelques fois, me font aller à reculons au rucher.

Bref, l'idée est là, surement déjà imaginée par d'autres, mais ce n'est pas le sujet.

Le but de ce billet, c'est de savoir si ce robot sera un robot apiculteur, un assistant électro-mécanique apicole, ou bien un rucher connecté ?

Le point commun? surement l'association de 2 mots que tout semble opposer et pourtant en y réflechissant c'est une branche évidente de l'évolution technologique, vers une maitrise des fondamentaux biologiques de notre planète, je parle évidement des mots "apiculture" et "robotique".

J'espère ne pas donner l'impression de décrire un monde gouverné par les IA car la venue de la singularité décrite par les transhumanistes ne semble pas une option valable pour la race humaine.

N'empêche qu'on se la pose la question, et plusieurs fois !
La réponse est inéluctable, bientôt existeront des ruchers autonomes, capablent de produire des milliers de tonnes de miel, que ce soit au milieu de la campagne, sur le toit d'un immeuble ou se déplacant en période de transumance.

Ok pour demain, mais pour aujoud'hui, on commence par quoi ?

Par le plus chiant ! mettre sa vareuse, démarrer l'enfumoir, soulever les toits, les cadres... tout ce qui réclame patience et effort musculaire, bref du temps !

Alors pour faire gagner du temps à un apiculteur, que faut-il faire ? en tout état de cause il faut l'assister, soit directement soit indirectement, améliorer les opérations récurrentes pour réduire leur temps d'éxecution sans impacter la qualité du travail ni le coût, vous savez, les 3 règles de réussite d'un projet.

Plus concrétement ? on va réduire les pertes de temps, c'est à dire les espaces temporels ne nécéssitant pas la présence humaine de part sa plus-value cognitive.
Dans un rucher, qu'est ce qui prend le plus de temps, je réponds aussitôt: les visites au rucher ! (et faire les cadres mais bon ça on peut acheter tout fait déjà, moyennant rétribution du travail fait).

Alors quoi, on coupe contact avec les abeilles ? Clairement non ! en réflechissant un peu, on peut déclarer que la visite est appréciable mais ouvrir les ruches, déranger les abeilles, est-ce vraiment l'apiculture du 21ème siècle ?

On en revient à la définition du mot "apiculture" (https://fr.wikipedia.org/wiki/Apiculture): une branche de l’agriculture qui consiste en l’élevage d’abeilles à miel pour exploiter les produits de la ruche, principalement du miel.

Ainsi l'agriculture se modernise, automatisant les taches les plus rébarbatives, améliorant son rendement mais aussi la qualité de ses produits et tout ça grâce à la technologie, qui permet un gain de temps, d'effort et de rapidité.

Mais il ne faut pas que la technologie soit un but, elle ne reste qu'un moyen, qu'il faut savoir bien utiliser pour éviter les erreurs.

 

Apicalement ^^